Home / Divertissements, Culture / Le Cinéma en République Tchèque

Le Cinéma en République Tchèque

Le Cinéma en République TchèqueEn 1932, le cinéma Tchèque s’est fait connaître au niveau mondial avec la sortie de ‘Ecstasy’, film mettant en vedette une nouvelle face Hedy Lamarr, se baigner nu. Durant les quelques décennies suivantes, seul un petit nombre d’autres films Tchèques, tel que ‘Le monde fabuleux de Jules Verne’ (1958) de Karel Zeman, ont gagné une reconnaissance internationale.

Tout cela a changé après la Nouvelle Vague Tchèque de 1963 à 1968, qui a vu l’émergence d’Ivan Passer, Jiří Menzel et Miloš Forman sur la scène mondiale.

En 1967, le film de Menzel ‘Trains Étroitement Surveillés’ a remporté un Oscar, cependant, l’invasion Russe de 1968 a ralenti la créativité et il faudra plus de trente ans pour que les choses s’améliorent de nouveau.

Après 1989, un groupe de producteurs de films  à venir appelé la ‘Génération de Velours’ (‘Velvet Generation’) a été chargé de raviver l’attrait mondial des films Tchèques avec des films tels que ‘Loners’, ‘Kolya’ et  ‘Divided We Fall’ qui a été nominé pour un Oscar. Les films tels Pusinky de Karin Babinska et Václav de Jiří Vejdelek ont été acclamés par la critique, reconnus par des jurys et le public de certains festivals, de la même façon que ‘Beauty in Trouble’ de Jan Hřebejk et ‘Something Like Happiness’ de Bohdan Slama. Ces films sont projetés dans les cinémas de film d’art et attirent un certain nombre de fans à l’étranger.

Cinéaste et dramaturge Tchèque, Alice Nellis, a été acclamée pour ses histoires uniques sur la vie familiale et la manière avec laquelle l’évolution après 1989 l’a affectée.

Elle a récemment remporté le premier prix de l’industrie du film Tchèque, le ‘Golden Kingfisher’ pour son fantastique film ‘Little Girl Blue’, qui raconte une journée cauchemardesque d’une mère et femme au foyer à Prague qui pensait qu’elle avait tout pour plaire.

Cependant, les histoires de ce type étaient rares, et l’industrie croit qu’il n’y a aucune obligation pour elles non plus.

Comme avec beaucoup de public au niveau mondial, les amateurs de cinéma Tchèque sont ravis du grand écran, beaucoup de films domestiques n’ont pas visé plus loin que la télévision pour créer un retour sur investissement intéressant. Prenez des productions comme Gympl de Tomáš Vorel, un chauffeur basé dans une université, ou Bestiář, une analyse des riches citoyens de Prague, leur vie quotidienne et leurs manies.

Des Images de Prague apparaissent continuellement dans la culture Occidentale, également moins chers, les lieux plus à l‘est possèdent une partie du temps d’écran. Le film Casino Royale, en 2006, a vraiment mis Prague sur le devant de la scène. Les films qui sont arrivés après, sans pratiquement aucune exception, étaient des films à petit budget qui ont réussi à avoir l’impact de rivaux au budget beaucoup plus élevé : Last Holiday, Hostel, L’illusionniste et Young Hannibal : Behind the Mask.

Cependant, il y a également un autre élément important pour la production de films à Prague : le statut dont jouissent les créateurs de films tels GI Joe, Le Prince Caspian et Wanted, occupant les studios Barrandov de la ville pendant plusieurs mois. C’est quelque chose que, ironiquement, les cinéastes Tchèques ne peuvent pas se permettre de faire.

 

Festivals

Festival international du film de Karlovy Vary

Le plus grand festival du film, qui se déroule en République tchèque, estle Festival international du film de Karlovy Vary. Cette somptueuse station thermale s’anime d’une agitation festive pour quelques jours, toujours vers la fin juin et le début juillet. Le long de la colonnade, vous rencontrerez des stars du cinéma, mais surtout une foule de cinéphiles enthousiastes, venus pour profiter quelques jours de l’atmosphère du festival. Les projections se déroulent dans les salles des hôtels balnéaires et dans les cinémas locaux.

One World

Toute une série de festivals du film, qui se déroulent tout au long de l’année à Prague même, offrent des films et une atmosphère uniques. Le festival un Monde se concentre sur les films documentaires traitant des droits de l’homme et apporte des témoignages saisissants et souvent glaçants sur la façon de vivre de ceux, dont les droits ne sont pas respectés ou qui se trouvent dans des situations de vie difficiles. Beaucoup de films sont des expéditions d’investigation, au cours desquelles leurs auteurs risquent leur vie, poussés par la volonté d’informer le monde de ces injustices. C’est peut-être avec étonnement que vous apprendrez, que ces récits intenses ne se passent pas uniquement dans les pays éloignés, mais peut-être justement dans l’appartement voisin.

Febiofest

Le festival Febiofest a été conçu comme un festival indépendant pour les cinéphiles et en vingt ans d’existence, il s’est agrandi en une grande revue internationale. Les années précédentes, ce sont des réalisateurs comme Roman Polanski ou Tom Twyker, qui ont présenté leurs films au festival. Le festival présente le meilleur de la création internationale durant l’année, des rétrospectives et des portraits de cinéastes, et il découvre de nouveaux territoires, ainsi que des cinéastes inconnus. Les organisateurs conservent toutefois toujours le but et le profil du festival d’origine : tout pour le spectateur. Venez, vous-même, vous en convaincre.

PAT

Check Also

Style de Vie de Prague

Pour ceux qui vivent à Prague, la ville est plutôt coûteuse. Avec un salaire mensuel moyen d'environ 30 000 CZK, le Praguois moyen ne peut pas se permettre d'aller régulièrement dans l'ensemble des restaurants et attractions fréquentés par les touristes.