Home / Histoire / Le printemps de Prague de 1968

Le printemps de Prague de 1968

Au début de l’année 1968, Antonin Novotny, politicien connu pour sa ligne de conduite dure des affaires , a été remplacé au poste de premier secrétaire du parti communiste par la figure réformiste Alexandre Dubcek, un slovaque. Cette nomination d’un homme qui avait émergé des rangs du parti communiste , avec ses vues réformistes ayant choqué de façon indiscutable les dirigeants russes, avait le contrôle final de cet état satellite.

Il est possible que la part la plus choquante de ses convictions concernait la possibilité de transformer la Tchécoslovaquie en un état social-démocrate , ce qui représenterait un pas en arrière important des idéaux communistes. La population a adhéré massivement à cette idée, qui était surnommée ‘le socialisme au visage public’, mais les personnes importantes -autres politiciens et dirigeants à Moscou- n’étaient pas du tout enthousiastes.

Le printemps de Prague de 1968

Comme l’emprise du gouvernement s’est  tout de même assouplie, le peuple de Tchécoslovaquie a réagi avec une vivacité telle que dépassant toutes les singeries ayant eu lieu auparavant : la communauté artistique s’est élevée, un sentiment anti – Moscou est apparu parmi la population et l’expression d’idées politiques est devenue courante.

Il semblait que la liberté était  finalement acquise des chaînes du communisme et la population n’a jamais pensé que cela se terminerait au cours des années 60 . Cependant, subitement, le parti a été brusquement dissous en aôut 198, quand les puissants soviétiques ont décidé qu’ils étaient fatigués de l’atmosphère qui avait envahi la Tchécoslovaquie.
Ils ne s’inquiétaient pas seulement du fait que ces évènements avaient lieu, mais aussi de la probabilité qu’ils puissent se propager dans tous les autres pays communistes et, par conséquent, menacer le tissu du communisme dans toute l ‘Europe.
Pour contrer cela, les soviétiques ont envoyé 500000 soldats en Tchécoslovaquie pour réprimer la liberté récemment acquise de la population.

On pouvait voir des tanks stationnant dans le ‘Wenceslas Square’ faisant une démonstration de force importante, et on pouvait voir des hommes et des femmes courageux tentant en vain de combattre cette force étrangère qui avait recours, soit à des moyens violents , soit occupait de façon pacifique différentes parties du pays. En aucune manière l’invasion soviétique ne s’est faite sans effusion de sang, car il y a eu de nombreux blessés et de nombreux décès durant cette période.

A la même période, Dubcek et son équipe de partisans ont été convoqués à Moscou, où on les a obligé à mettre un terme à leur politique. Bien qu’à son retour, Dubcek soit resté au pouvoir, l’influence réelle se situait ailleurs : Dubcek était alors la quintessence d’une marionnette.  Malgré cet état de fait, la résistance s’est poursuivie parmi la population en Tchécoslovaquie et a atteint son point culminant en janvier 1969, lorsqu’un homme appelé Jan Palach s’est immolé par le feu dans le ‘Vaclavské náměstí’, geste politique qui lui a couté la vie.

Même en tant que dirigeant marionnette, Dubcek ne dura pas longtemps. En avril 1969, il a été remplacé par un candidat bien plus acceptable pour Moscou, un homme s’appelant Gustav Husak. Cette nomination eut pour conséquence une série de mesures drastiques portant sur toutes les libertés dont avait bénéficié la population au cours des années précédentes , lesquelles avaient donné les plus grands artistes et intellectuels du pays qui ont du émigrer avant la fermeture des frontières par le régime.

Au cours des mois et des années suivants, Husak a débarrassé le parti des personnes qui avaient montré leur soutien au mouvement et a recentré le pouvoir entre les mains du gouvernement. Il a également étendu les pouvoirs de la police secrète redoutée. La Tchécoslovaquie a également accepté de suivre les idées communistes en échange d’un bon niveau de vie. Cela a été le cas jusqu’en 1989, lorsque la révolution de velours a surgi.

PAT

Check Also

Prague sous le régime communiste

Après la guerre, la Tchécoslovaquie s'est retrouvé être un pays libre à nouveau, dirigé par le président Benes jusqu'à l'apparition de la guerre froide. Cependant, la guerre froide a incité un grand nombre de personnes en Tchécoslovaquie à exprimer le désir de se modeler sur l'idéologie communiste, qui commençait à prendre une certaine ampleur dans le reste de la région et, en l'espace de quelques années seulement, les voix communistes se sont de plus en plus fait entendre jusqu'en 1948, date à laquelle Benes a démissionné de son poste et où il a permis au parti communiste de prendre le contrôle du pays, avec Klement Gottwald accédant à la présidence.