L’assasinat de Reinhard Heydrich

Reinhard HeydrichEn septembre 1941, l’adjoint SS et un des favoris personnels de Hitler, Reinhard Heydrich, qui fut l’un des cerveaux de l’Holocauste, accepta de remplacer Otto Neurath qui se révèlait être inefficace en tant que Gouverneur tchèque. Heydrich comprit totalement le rôle que jouaient le Protectorat de Moravie, mis en place par les nazis, et la Bohème dans les efforts de guerre de l’Allemagne, car 2 des plus grandes usines d’armement d’Europe se trouvaient dans cette région grandement industrialisée, une à Brno et l’autre à Pilsen.

Lorsqu’un grand nombre de sabotages laissèrent à penser que l’approvisionnement vers le front est pouvait s’interrompre, ce fut un Heydrich concentré qui vint à Prague, avec un plan menaçant qui utilisait le principe du bâton et de la carotte. Même s’il augmenta les avantages pour les travailleurs – amadouant les classes ouvrières tchèques avec des chaussures, des vacances dans des établissements de cure et de la viande – il s’en prit violemment à la moindre indication d’opposition ou d’activité économique interdite.

Dans le même temps, le gouvernement tchèque faisait face à une crise de crédibilité aux yeux de la Grande-Bretagne. Après que les Britanniques aient signé le Pacte de Munich (qui était un pacte d’apaisement qui annexait les Sudètes de la Tchécoslovaquie à l’empire nazi), des milliers de Slovaques et de Tchèques partirent à l’étranger pour se battre, et quelques-uns de ceux qui restèrent dans le pays occupé s’engagèrent dans la Résistance. De plus, au lieu d’occuper la Tchécoslovaquie, un cabinet d’assistants tchèques bien disposés furent capables d’aider les nazis à y régner. Le Premier Ministre exilé, Edvard Beneš, fut considéré par les Alliés comme le porte-parole auto-proclamé d’un pays complice.

Ce fut dans ce contexte que 2 parachutistes, Jan Kubiš et Jozef Gabčík, furent sélectionnés et formés en Ecosse par les Opérations Spéciales Britanniques pour une opération secrète – comme on le leur avait dit au début -, qui était également une opération suicide, consistant à assassiner Heydrich.

Le 27 mai 1942 au matin, Heydrich descendit la colline de Heydrich pour entreprendre son trajet quotidien. Alors qu’elle était décapotée, la voiture sans escorte ralentit dans un virage en épingle à cheveux. Gabčík bondit en face du véhicule d’Heydrich et visa Heydrich avec la mitraillette Sten qu’il tenait, puis il pressa sur la détente. Cependant, l’arme ne fonctionna pas (elle était probablement enrayée).

Heydrich ordonna à son chauffeur de s’arrêter et il sortit sa propre arme. A cet instant, Kubiš surgit de l’arrière de la voiture et lança une grenade artisanale qui manqua sa cible et explosa à l’extérieur du véhicule. Cependant, cette explosion fut suffisante pour blesser Heydrich qui fut conduit dans un hôpital local où il décéda quelques jours plus tard. Pendant son enterrement – qui fut l’enterrement nazi le plus prestigieux jamais vu – Hitler sembla réellement bouleversé, et Heydrich fut proclamé comme étant le modèle à suivre pour tous les membres des SS.

Dans le Protectorat, la réponse des nazis fut barbare. La loi martiale fut déclarée, 2 villages furent immédiatement démolis et, au cours des mois qui suivirent, 5.000 personnes furent tuées. Une récompense était offerte pour des informations pouvant aider à appréhender les assassins. Un membre d’une unité de parachutistes différente, Karel Čurda, trahit ses collègues. Le 18 juin, à 4h15 du matin, la Gestapo s’approcha de l’Eglise Saint-Cyrille-et-Méthode dans laquelle les deux parachutistes se cachaient, dans la rue Resslova. Après 2 heures de lutte, Kubiš, qui gardait la nef de l’église, fut tué avec 2 autres gardes. Gabčík, ainsi que 3 autres parachutistes, se suicida dans la crypte située en-dessous.

Au fil des ans, l’opinion sur l’assassinat d’Heydrich a varié. De nombreuses personnes étaient choquées par la perte d’une vie et considéraient qu’il était essentiel d’éliminer l’opposition clandestine tchèque. Etant donné que les Britanniques étaient à l’origine de la mission (contrairement aux Soviétiques ou à d’autres sources autochtones), cela généra également des problèmes après la prise de pouvoir par les communistes. La mission fut officiellement décrite comme symbolique, mais avec une vision à court terme.

De nos jours, les historiens mettent en valeur les sacrifices qui furent faits. Dans les jours qui suivirent la mission, le gouvernement de Grande-Bretagne révoqua sa signature du Pacte de Munich, reconnaissant les frontières d’avant-guerre de la Tchécoslovaquie ; le gouvernement français fit de même deux mois plus tard. Heydrich — dont l’assassinat fut parmi les actes les plus notables de la Résistance dans l’Europe occupée — fut l’officier nazi le plus haut gradé tué pendant son service. A la date anniversaire de son assassinat, les politiciens tchèques ornent de fleurs et de gerbes le trottoir qui se trouve à proximité de la crypte. En 2009, le lieu où Heydrich fut assassiné (adjacent à l’autoroute menant à Terezin, au nord de la ville) fut finalement marqué avec un monument approprié.

PAT

Check Also

La rupture avec le communisme

L'héritage du communisme est encore très présent dans le coeur et l'esprit de la république tchèque et a encore une influence sur la psychologie du peuple, tout comme la situation économique et sociale du pays. Ce qui est évident est que le communisme est une chose qui a volé beaucoup de choses au peuple tchécoslovaque et ce dernier s'efforce de vivre avec ce manque, ce processus encore en cours.