Home / Visites de la Ville / La promenade de la Malá Strana

La promenade de la Malá Strana

Cela peut se traduire par Petit Côté en français, mais ne vous y trompez pas – Malá Strana est une des principales attractions de Prague.

Formellement établie en tant que ville en 1257, elle se développa rapidement sous le règne de Charles IV qui l’agrandit et construisit des fortifications ultramodernes. Au cours du 16ème siècle, la région se releva des cendres de deux grands incendies pour devenir un des plus grands centres culturels d’Europe, avec pléthore de résidents nobles emménageant et une richesse de magnifiques églises baroques se construisant dans les environs – dont le point culminant est la spectaculaire Eglise Saint-Nicolas, construite par trois générations de la famille Dientzenhofer.

Lorsque le centre du pouvoir politique se déplaça à Vienne au 17ème siècle, la noblesse quitta la ville et la région retourna aux artisans locaux et aux pauvres. Cependant, cela fut une bénédiction cachée, car le boum de la construction au cours du 19ème et du 20ème siècles passèrent ici, lui permettant de conserver son caractère historique au fil des âges. Et aujourd’hui, avec son océan de toits en tuiles rouges, ses rues noires pavées, ses palaces royaux luxueux et des majestueuses églises historiques, tous surveillés par le magnifique Château de Prague, Malá Strana est un des environs les plus pittoresques de la capitale tchèque… avec beaucoup à offrir aux touristes.

Longueur : Environ 2km (1,25 miles). La promenade, en dehors des attractions en intérieur, prend environ 90 minutes.

Point de départ : L’observatoire du château. Aller là-bas : prenez la ligne A jusqu’à la station de métro Malostranská , puis le tramway 22 jusqu’à Pražský hrad ou jusqu’à Pohořelec, et marchez jusqu’à l’observatoire. Vous terminerez par le Pont Charles.

Points d’arrêt : Vous trouverez d’excellents cafés et d’excellents restaurants proposant de légers rafraîchissements partout dans les environs, mais ils sont principalement regroupés autour de Malostranské náměstí et le long de la Nerudova.

Vous pouvez faire cette visite à pied seul (visite autoguidée), ou nous pouvons faire en sorte que vous ayez un guide professionnel parlant français. Le guide touristique peut même personnaliser cette promenade pour qu’elle réponde spécifiquement à vos besoins, par exemple en vous recommandant un lieu où vous arrêter pour manger, y compris une croisière sur la rivière ou un trajet en tramway si vous êtes fatigué de marcher, etc… Le guide peut venir vous chercher à votre hôtel, ou vous pouvez organiser un rendez-vous n’importe où dans la ville. Envoyez-nous vos coordonnées pour obtenir un devis.

1.  L’observatoire du château de Prague. La visite débute juste au sud (à droite) de la porte principale du Château de Prague qui se vante d’une des plus belles vues de la ville. D’ici, vous pouvez regarder au-delà de Malá Strana – les verreries du grand dôme de l’Eglise Saint-Nicolas, le beau clocher de l’Eglise Notre-Dame de la Victoire et une cascade de magnifiques résidences à toits rouges – et au-delà, après le Vltava, pour de voir la Vieille-Ville, la Nouvelle-Ville et bien plus.

Certains sites valent la peine d’être vus de l’horizon, y compris la tour de la télévision Žižkov (une grande tour en forme d’aiguille qui fut construite dans les années 1980 et qui – comme les personnes avec une vue exceptionnelles peuvent le remarquer – est désormais ornée d’une série de bébés rampants sans visages ajoutés par le blagueur artistique David Černý), Vyšehrad (une cathédrale historique et une fortification plus ancienne que le Château de Prague), la Tour Poudrière (une structure gothique qui fut autrefois la porte principale vers les portes murées médiévales) et plus encore. Vous obtiendrez également une bonne vision de la raison pour laquelle la capitale tchèque est souvent connue comme la ‘Ville aux cent clochers’.

2.  Ke Hradu vers Nerudova. A partir de l’observatoire du Château de Prague, vous vous dirigerez vers la courte rue pavée Ke Hradu – tournez simplement à gauche en bas du grand escalier, et vous arriverez dans la rue Nerudova débordant de touristes. Devant son nom au poète et journaliste célèbre du 19ème siècle Jan Neruda – qui écrivit une collection populaire de nouvelles intitulées (en français) ‘Contes de la Malá Strana’ – cette rue a vu des dizaines de majestueuses processions royales à son époque, tout le monde, des rois bohémiens aux empereurs romains saints et aux dirigeants communistes, se dirigeant vers Nerudova sur la route vers le Château de Prague.

La première chose que vous verrez lorsque vous arriverez dans la rue, c’est une grande plaque commémorant un des incidents les plus sombres de la ville. En 1948, un groupe important d’étudiants marcha dans la rue et protesta contre le nouveau régime communiste, mais ils furent confrontés à un mur solide de forces de police armées qui commencèrent immédiatement à les attaquer et à les frapper – un signe avant-coureur pour les 40 années d’oppression qui les attendaient. Il s’agit d’une présentation déconcertante pour une rue agréable, mais un rappel puissant et important de la lutte continue pour la liberté et de combien Prague a changé depuis la Révolution de velours.

3.  Continuer en descendant Nerudova. En continuant de descendre la rue, vous remarquerez que Nerudova déborde d’un assortiment séduisant de petites vieilles maisons bourgeoises qui sont désormais principalement occupées par des boutiques de souvenirs pittoresques et des restaurants confortables – mais observez de plus près, et vous remarquerez également qu’aucune des maisons ne porte de chiffre. Vous voyez, la notation des maisons est une innovation récente à Prague – elle n’est apparue qu’en 1770 – et avant cela, on distinguait les bâtiments par les plaques au-dessus des portes principales. Donc, pendant que vous marchez le long de cette ancienne allée, vous verrez de nombreux ensembles curieux de symboles au-dessus des portes d’entrée qui correspondent aux noms des bâtiments.

Par exemple, au numéro 47 vous trouverez une frise contenant deux soleils plutôt grincheux… et comme on pouvait s’y attendre, cette maison est connue comme ‘La maison des deux soleils’. Cela s’avère également être le lieu où Jan Neruda a vécu la majeure partie de sa vie, jusqu’à ce qu’il déménage à quelques portes plus bas dans la rue, vers la Maison des trois aigles noirs. Continuez en bas de Nerudova et vous rencontrerez de nombreuses autres plaques de maison historiques et impressionnantes : la Maison du lion rouge (n°41), qui représente un lion rouge tenant une coupe en or dans sa patte et qui était le domicile du peintre d’églises Petr Brandl ; la Maison du lion doré (n°32) qui est à présent le foyer d’une exposition historique sur la pharmacie ; et la Maison des trois violons (n°12) où vécurent trois familles de fabricants de violons. Et il y a plus également… voyez si vous pouvez trouver les Maisons du cygne blanc (n°49), le Homard vert (n°43), le Fer à cheval doré (n°34) et l’Aigle rouge (n°6).

En bas de la rue, vous verrez une série de bâtiments dessinés par le célèbre architecte italien du 19ème siècle Giovanni Santini. En particulier, soyez attentif pour trouver le Palais Thun-Hohenstein (n°20) avec des aigles féroces gardant la porte et le Palais Morzin (n°5) où vous verrez deux maures portant le balcon sur leur dos. Il s’agit désormais respectivement de l’ambassade italienne et de l’ambassade roumaine.

4.  Malostranské Náměstí – Partie haute de la place. En arrivant en bas de Nerudova, vous verrez que la rue s’ouvre sur la partie supérieure d’une grande place : Malostranské Náměstí. La place est dominée – et divisée – par l’Eglise Saint-Nicolas pas-si-misérable et, la caractéristique principale de la ‘partie haute de la place’, en dehors de quelques théâtres charmants et de musées intéressants évidemment, est la grande Colonne de la peste qui se tient en dehors de l’entrée de l’église.

Et cette colonne se distingue pour deux raisons. La première est, vous vous en doutez probablement, non pas un mémorial pour ceux qui sont mort de la peste, mais plutôt un message d’action de grâce pour les survivants de l’épidémie. Et deuxièmement, le haut de la statue n’abrite pas la Vierge Marie, ce qui est commun pour ces types de colonnes, mais au lieu de cela elle abrite des statues de la Sainte Trinité. Il s’agit d’un message direct à Dieu.

A présent, regardez rapidement derrière vous, vous verrez un superbe bâtiment bleu et crème appelé le Palais Liechtenstein (n°13). Il est très important dans l’histoire de la capitale tchèque car il fut autrefois le lieu où vivait Charles Ier, le Prince du Lichtenstein. Egalement connu sous le nom de ‘Gouverneur sanglant’, il fut le prince qui prononça la sentence de mort de 27 commandants hussites de la Bataille de la Montagne Blanche. Peut-être que vous avez déjà vu les 27 croix blanches sur la Place de la Vieille-Ville, elles marquent le lieu où ils furent tués, mais ce fut également ici qu’ils reçurent leur sentence – et cela est marqué par les 27 têtes en fonte montées sur une rangée de bornes sur le devant de la maison. Depuis le 17ème siècle, le bâtiment a été utilisé à différentes fins – de bureau de poste à des casernes militaires – mais aujourd’hui il abrite l’école de musique de l’Académie des arts de la scène… ce qui en fait le lieu parfait pour voir d’excellents concerts de musique classique à moindre coût !

5.  Eglise St Nicolas. A partir de la partie supérieure de la place, il n’y a qu’un lieu logique où aller ensuite… dans l’Eglise Saint-Nicolas. Une authentique œuvre d’art baroque, et le contrepoint parfait de la Cathédrale gothique de Saint-Guy la dominant, l’Eglise catholique fut mandatée suite à la défaite des hussites lors de la Bataille de la Montage Blanche (1620). La nef principale de l’église fut construite entre 1703 et 1711 par Krzštof Dientzenhofer, alors que le dôme iconique fut ajouté par son fils, Kilián Ignác Dientzenhofer, 25 ans plus tard, et le clocher fut ajouté dans les années 1750 par le gendre de Kilián, Anselmo Lurago. Donc, ce magnifique bâtiment était par essence un projet familial. Pour un supplément, il vaut la peine de se diriger vers le clocher de Lurago pour profiter d’une vue extraordinaire sur Prague ainsi que d’une exposition fascinante sur la manière dont la police utilisa la tour pour espionner les ‘éléments subversifs’ – et les ambassades étrangères – pendant les heures communistes.

Mais revenons à la nef. La première chose qui vous frappera lorsque vous entrerez dans l’Eglise Saint-Nicolas, c’est l’énorme fresque sur le plafond : elle représente la vie de (vous l’avez deviné !) Saint Nicolas, et elle est réputée pour être une des plus grandes peintures in-situ de toute l’Europe. Et le reste de l’intérieur n’est pas moins impressionnant avec une incroyable collection de statues, de fresques et d’autels latéraux ruisselant tous d’or et de métaux précieux. Vous pouvez également vous diriger vers le balcon pour obtenir une perspective fraîche du lieu.

Parmi ce qui rend l’église célèbre se trouve le fait que Wolfgang Amadeus Mozart aimait y jouer de l’orgue – en fait, après sa mort, une foule d’habitants locaux se réunit ici pour un service commémoratif impromptu – et donc pendant les soirées estivales, vous trouverez souvent des récitals de Mozart à l’intérieur de l’église. S’il vous reste une soirée de libre à Prague, ces derniers sont toujours exceptionnels.

6.  Malostranské Náměstí – Partie basse de la place. Tournez à gauche lorsque vous quittez l’église et descendez la rue sur le côté (elle est jalonnée de rangées d’excellents cafés et restaurants cachés sous une colonnade, ce sont des arrêts parfaits pour déjeuner), et vous arriverez dans ‘la partie basse de la place’ de Malostranské Náměstí. Foyer d’un mélange magnifiquement inhabituel d’architecture Renaissance et baroque – vous pouvez remercier les deux incendies dévastateurs au 16ème siècle – cette juxtaposition est la plus évidente si vous observez les styles contrastés des maisons numéros 22 et 23. Vous trouverez également des bâtiments individuels qui combinent les deux styles architecturaux… principalement le bâtiment face à place, au coin de la rue Tomášská (Tomášská n°1) qui dispose de majestueuses arcades, des fenêtres et des sgraffites de style Renaissance, mais il est surmonté par un fronton nettement baroque.

7.  Saint-Thomas et Saint-Joseph. Si vous traversez les lignes de tramway sur la place et que vous la quittez en partant vers l’est, sur Letenská, vous passerez devant deux des églises moins connues les plus charmantes de Prague. Tout d’abord, et presqu’immédiatement, vous trouverez une petite allée sur la gauche qui mène à l’Eglise Saint-Thomas. Fondée par l’Ordre des Ermites-de-Saint-Augustin en 1285, il fit partie d’un grand complexe (y compris une brasserie !) pendant de nombreuses années avant une transformation majeure vers le style baroque réalisée par le clan Dientzenhofer pendant les années 1720. Aujourd’hui, il abrite un des jubés les plus impressionnants de la ville, ainsi que des copies de deux peintures de Rubens qui bordent l’autel principal (juste au cas où vous ne pourriez pas aller voir les originaux à la National Gallery !).

Puis, en descendant encore quelques pas plus loin dans Letenská, il y a une autre rue latérale sur la droite (Josefská) qui vous amène à l’Eglise Saint-Joseph. La grande façade ornée, qui combine des éléments néerlandais et italiens, est égalée par le bel intérieur en marbre blanc avec des autels latéraux en or et de hautes colonnes.

8.  Les Jardins et le Palais Wallenstein. Continuez le long de Letenská – soyez très prudent car les trottoirs sont étroits et les voitures et les tramways qui se disputent la place ne ralentiront pas pour les piétons – et vous vous tiendrez bientôt à l’extérieur de l’entrée assez indéfinissable des remarquables Jardins Wallenstein. Et, à moins que vous ne veniez en hiver, vous pouvez pousser la pousser pour rentrer dans un des parcs en ville les plus majestueux, et cachés, d’Europe.

Un véritable exercice pour l’égo du commandant militaire Albrecht de Wallenstein, ces jardins formels du 17ème siècle ont tout ce que vous pourriez désirer, y compris des pelouses, des arbres sculptées, des fontaines ornées, des murs de stalactites… et même une immense volière (qui accueille une merveilleuse collection de hiboux). Il y a également ici des statues assez spéciales, il s’agit de copies de la version originale qui fut volée par les suédois en 1648 (récemment, lorsque les tchèques demandèrent aux suédois de leur rendre, ils rirent et refusèrent). L’extrémité ouest des jardins est dominée par une énorme salla terrena où des concerts sont proposés en été… et qui offre une entrée vers le palais.

En restant à Malá Strana, le Palais Wallenstein est un réel mélange de styles architecturaux Renaissance et baroque. Il est également énorme – Abrecht a démoli 23 espaces pour faire de la place pour son projet qu’il voulait être un rival du Château de Prague, et il embaucha les architectes les plus talentueux d’Italie pour dessiner et construire la demeure. Puis, malgré le manque de résidents permanents, il employa 700 employés pour le faire fonctionner ! Aujourd’hui, le palais est mieux utilisé, il accueille les bureaux administratifs du Parlement tchèque.

9.  Le Musée de Kafka. Une fois que vous en avez terminé avec le Palais Wellenstein, dirigez-vous vers les jardins d’où vous êtes venu, et continuez le long de la Letenská jusqu’à ce que vous atteigniez un carrefour. Arrivé là, tournez à droite dans U Ležického Semináře, et lorsque la route bifurque, allez vers la gauche dans Cihelná. Cela vous amènera à l’excellent Musée Kafka.

Franz Kafka, probablement la figure la plus célèbre de la République Tchèque, est né en 1883 dans une maison situé sur la Place de la Vieille-Ville de Prague, et il a vécu dans la ville la majorité de sa vie – il n’est pas surprenant qu’il existe un musée consacré à sa vie et à son œuvre. Ce qui est surprenant c’est qu’il n’a ouvert qu’en 2005.

Le musée présente une large variété d’expositions intéressantes concernant Kafka, y compris plusieurs éditions de ses livres, pléthore de notes et de manuscrits, de nombreux effets personnels (y compris des lettres, des journaux intimes, des photographies et des dessins) et l’étrange exposition audiovisuelle. Pourtant, en réalité, de nombreuses personnes ne viennent pas du tout ici pour Kafka – ils viennent pour voir la sculpture absurde de David Černý dans la cour. Lorsque le musée a ouvert, l’artiste (qui est aussi connu pour les bébés rampant sur la tour de télévision Žižkov et pour la pastiche du cheval en train de mourir à Palác Lucerna) a installé une sculpture de deux hommes urinant joyeusement dans une fontaine ayant la forme de la République Tchèque – et ce fut fracassant. Pourquoi ? Regardez autour de vous et vous découvrirez un numéro de téléphone… envoyez votre message à ce dernier par SMS, et les sculptures l’épèleront pour vous dans l”urine”.

10.  Du Musée de Kafka au Pont Charles. Après avoir passé des heures à jouer avec la fontaine, traversez la cour du Musée de Kafka, puis tournez à gauche dans U Ležického Semináře. Sur le chemin, cherchez Shakespeare a Synové (n°10) qui est une des meilleures librairies de livres en langue anglais de Prague – le lieu parfait pour choisir quelque chose, d’un guide de voyage utile au dernier Mills & Boon ! En atteignant la fin de la rue, vous arriverez à une fourchette sur la route, le Pont Charles droit devant vous. Malheureusement, il s’agit de la fin de la visite.

A partir d’ici, vous avez trois options, vraiment : tourner à gauche dans Na Kampě et passer sous le Pont Charles, ce qui vous amènera au point de départ pour la ‘Promenade au bord de la rivière’ ; prendre l’escalier jusqu’au pont et commencer la ‘Promenade du Pont Charles à la Place de la Vieille-Ville’ ; ou revenir le long de Ležického Semináře vers Malostranske Náměstí où vous pourrez prendre un métro ou un tramway vers où vous voulez dans la ville.

Quoi que vous décidiez de faire, nous espérons que vous avez apprécié votre courte visite à pied de Malá Strana. Et nous espérons que vous êtes d’accord sur le fait qu’il ne s’agit en aucune manière d’un ‘Petit Côté’.

 

[mappress mapid=”1″]
PAT

Check Also

Visite Guidée en Voiture d’époque

Quelques agences de visites guidées offrent des excursions autour de la ville en voitures tchèques d’époque datant des années 1920 et du début des années 1930. Il y a des points de ramassage à divers endroits du centre ville; les excursions commencent à votre convenance, lorsque vous le demandez, si c'est calme. Les visites durent environ 40 minutes.