Visites de la Ville

Promenade de la Place de la Vieille-Ville à la Mairie

Tandis que le cœur moderne de Prague bat sur la Place Venceslas, le passé de la ville reste très vivant sur la Place de la Vieille-Ville. Bien qu’elle soit inévitablement devenue un piège à touristes – avec ses stands de glaces hors de prix, ses groupes sans fin de visites guidées, et les envahissants Segway (examinez toutes ces choses) – il est impossible de ne pas s’émerveiller devant la quantité immense d’histoire préservée entassé dans ce petit espace.

La Place de la Vieille-Ville a toujours été un centre de célébration. De nos jours, la foule envahit le lieu pour la finale d’un match international de hockey sur glace, ou pour profiter des plaisirs du marché de Noël, mais dans le passé, les gens se rassemblaient pour des moments probablement plus décisifs, comme l’accueil de la création de la République de Tchécoslovaquie en 1918, et pour les euphories de 1989 où les Tchèques fêtèrent le retour de la démocratie dans leur pays.

Pourtant, la Place n’est pas uniquement un centre de célébration, elle recèle également une histoire bien plus sombre – une histoire d’invasion, d’exécution et de défenestration (la plupart en un instant).

1.  Des touristes se massent également de manière permanente autour du  Hall de la Vieille-Ville de la Place – un bâtiment du 14ème siècle dont la pièce maîtresse est son horloge astronomique, ajoutée en 1410 par l’horloger Mikuláš de Kadaň. Toutes les heures, un océan de touristes lèvent les yeux pour regarder l’horloge, pendant qu’une figurine représentant la Mort fait sonner une cloche et inverse son sablier, et les 12 Apôtres paradent en passant devant de petites fenêtres au-dessus de l’horloge. Ces dernières années, étant donné que de nombreuses personnes trouvaient cela assez terne, un trompettiste joue également de la trompette en haut de la tour. La façade de l’horloge elle-même est fort complexe, elle présente l’heure européenne sur 24 heures, l’heure bohémienne traditionnelle et les heures du lever et du coucher du soleil.

2.  Les moments les plus tristement célèbres dans l’histoire de la Vieille-Ville sont ses défenestrations (le mot d’origine tchèque décrivant le fait d’être précipité d’une fenêtre ouverte). La première d’entre elles eut lieu en 1419, lorsque sept membres du conseil de la ville furent assassinés par une foule enragée d’Hussites, et la seconde en 1618, lorsque quatre échevins catholiques subirent le même sort. Cependant, certaines sources affirment que ce second groupe de victimes atterrirent sur une immense pile de fumier, se sortant ainsi indemnes de l’incident. Si vous avez la chance d’être là au bon moment, vous pouvez assister à un des spectacles incroyables de son et lumière qui sont projetés sur la tour pour remémorer son histoire pittoresque.

3.  A droite de l’horloge, et vers le milieu de la Place se tient le Mémorial de Jan Hus victime de l’oxydation. Cet improbable héros national est célébré lors d’une fête nationale tous les 6 juillet. Autrefois contrôlée par les Hussites et surplombant la Place de la Vieille-Ville se trouve l’Église de Notre-Dame de Týn. Il s’agit d’une des plus grandes églises et d’une autre réussite architecturale de Charles IV (en dehors de la renommée du Pont Charles). Cela dit, il a fallu du temps pour achever la structure que vous voyez devant vous. Le travail sur l’église débuta en 1365, mais la tour du sud ne fut pas achevée avant 1511. Examinez les quatre petites flèches placées autour des grandes flèches – cela représente un site d’exécution, un lieu où de nombreux Hussites perdirent leurs têtes. L’église peut avoir un extérieur gothique, mais passez la tête par la porte d’entrée, et une autre histoire se révèle : celle d’une forte influence baroque. A l’intérieur, vous trouverez le plus vieux grand orgue de Prague.

4.  Sortir de la Place de la Vieille-Ville peut s’avérer une opération complexe, avec des combinaisons des passages raffinés et des essaims perpétuels de touristes. Votre meilleure option est de sortir par Železná, ce qui amènera directement à un espace plus ouvert et plus tranquille, et le Théâtre des Etats – la structure néoclassique qui ressemble à un gâteau de mariage vert. Ce théâtre représente l’engouement de Mozart pour Prague, et c’est ici que la génie dirigea sa première mondiale de Don Giovanni. A l’extérieur du théâtre se tapit la statue macabre du Commendatore de cet opéra. Vous pouvez également reconnaître l’intérieur en velours bleu, lieu du film récompensé aux Oscars Amadeus, qui fut filmé par le réalisateur tchèque Miloš Forman.

5.  A gauche du Théâtre des Etats se trouve le Carolinum, créé par Charles IV en 1348 en tant que première université d’Europe Centrale. Au cours de son agrandissement, des salles de conférence, un spa et, étrangement, une prison furent ajoutés au complexe. La caractéristique remarquable du bâtiment est son oriel gothique, datant de 1370 et décoré par une maçonnerie décorative qu’il faudrait des heures, si ce n’est des jours pour les apprécier totalement. Aujourd’hui, le Carolinum est largement utilisé pour des remises de diplômes.

6.  Marchez du côté droit du Théâtre des Etats et suivez Ovocný trh round sur la gauche, où vous trouverez par hasard la Maison de la Vierge Noire – un exemple extrêmement rare du cubisme tchèque, un mouvement qui exista sur toute la période entre 1910 et 1914, et qui disparut avec l’arrivée de la Première Guerre Mondiale. La Maison de la Vierge Noire abrite deux bâtiments très intéressants, le premier étant le Musée cubiste et sa boutique de cadeaux, et le second étant le Grand Café Orient rénové avec un soin extrême, où vous pouvez profiter d’un chocolat chaud épais ou d’un verre de vin tout en écoutant de la musique classique jouée sur le grand piano. Si ce bâtiment a stimulé votre appétit pour le cubisme tchèque, vous devez également voir la villa dessinée par Josef Chochol située sur la rivière de vers Vyšehrad.

7.  A présent, rejoignez Celetná, où vous ferez immédiatement face à la Tour de la Poudrière – une structure gothique qui faisait autrefois partie des défenses de la ville. Il s’agissait également du lieu où – jusqu’en 1836 – les monarques bohémiens passaient pour se rendre aux couronnements dans la Cathédrale Saint-Guy.  Aujourd’hui, vous pouvez monter les 186 marches et profiter d’une des meilleures vues de la Nouvelle Ville.

8.  Rattachée à la Tour de la Poudrière se trouve sans conteste l’exemple le plus fin d’œuvre de l’Art Nouveau. Il s’agit du résultat des efforts combinés de nombre des plus éminents artistes et architectes du pays à l’époque, dont Alfons Mucha, qui créa certaines des peintures murales qui se trouvent à l’intérieur. A l’intérieur se trouvent un café, deux restaurants, et le bar américain récemment restauré où vous vous retrouverez dans le style de Manhattan. Pour profiter d’un dîner Art Nouveau tout aussi somptueux mais à un prix plus séduisant, traversez Náměstí Republiky et marchez cinq minutes sur Na poříčí, et le Café Imperial apparaîtra sur votre gauche. Ici, vous pouvez déguster de délicieux œufs Bénédicte dans une splendeur à l’influence égyptienne.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page