Prémisses et Přemyslide (870-1306)

C’est dans les archives romaines que les historiens peuvent retracer l’histoire des Boïens, une tribu celtes qui vivait dans la région de Prague – une terre qu’ils appelaient Boiohaemum (ce qui ressemble au nom « Bohème » qui leur doit son origine). Cependant, au 6ème siècle, les tribus slaves remplacèrent les Slaves dans la région.

La dynastie des Přemyslide est la première dynastie notable à apparaître dans la zone que nous appelons aujourd’hui Prague, et les premiers membres connus furent le prince Bořivoj et sa femme Ludmila, qui furent convertis au christianisme par Saint Cyril et Saint Méthode qui venaient de Byzance. Néanmoins, il ne fallut pas longtemps pour que la religion orthodoxe byzantine soit remplacée par le christianisme romain, principalement en raison des rapports de la Bohème avec l’Europe Occidentale. Ce fut également à l’époque du prince Bořivoj que la résidence de la famille déménagea à Hradčany.

L’héritier suivant en ligne directe fut Václav Ier (également connu sous le nom de Venceslas et héros d’un célèbre conte de Noël), et sa grand-mère s’assura qu’il fut chrétien avant d’être assassinée par sa belle-fille. Václav Ier fut également assassiné à cette époque par son propre frère, et la légende raconte que, comme sa grand-mère, il fut assassiné en raison de ses croyances catholiques – pourtant ce fait est contesté, et de nombreux historiens affirment qu’une lutte familiale pour le pouvoir fut probablement à l’origine des deux décès. Václav Ier et Ludmila were furent tous deux considérés comme des saints après leurs morts, et ils furent tous deux élevés au rang de saints patrons de Bohème.

Prague commença à se développer autour de la résidence royale située à Hradčany, ainsi qu’autour des villages marchands de la Vieille-Ville. Un compte-rendu rédigé par un émissaire de Cordoue, appelé Ibrahim ibn Ya’qúb, datant de 965 indiquait que Prague était plus grande qu’un village, mais plus petite qu’une ville. Il est également indiqué que Prague était « devenue plus riche grâce au commerce » que tout autre lieu qu’il connaissait en Europe.

En 993, Vojtěch (Adalbert), le second évêque de Prague – Prague n’est devenu un évêché qu’en 973 – fonda le premier monastère de la ville à Břevnov. Il devint le troisième saint patron de Prague en 999. Le quatrième saint patron est Procope (Prokop) qui fonda le monastère de Sázava en 1032 et qui fut canonisé en 1204. De plus en plus de monastères furent fondés sous le règne de Vladislav II, pendant que les Chevaliers de la Croix de Malte construisaient un monastère au pied du premier pont qui traversait la rivière – qui fut baptisé Judith en l’honneur de la reine de Vladislav.

Ce fut en 1212 que la Bohème fut élevée au rang de royaume par la Bulle d’or de la Sicile, et un des sept électeurs du Saint Empire Romain fut couronné roi. Pourtant, le règne d’Otakar II (1253-1278) fut la période où les Přemyslide furent les plus puissants, car ce fut à cette époque que le royaume conquit le territoire s’étendant de la Baltique à l’Adriatique ; et Otakar fut même considéré comme un candidat au titre d’empereur. Pendant son règne, Prague devint également une référence pour l’enseignement ainsi que pour l’architecture. Il fonda également la Malá Strana, qui se trouvait sous le château et qui fut habitée par des colons venant du sud de l’Allemagne. Sa sœur Agnès fonda également un hospice célèbre dans la Vieille-Ville.

La dynastie des Přemyslide s’éteignit finalement en 1306, lorsque Venceslas III fut assassiné.

PAT

Check Also

La rupture avec le communisme

L'héritage du communisme est encore très présent dans le coeur et l'esprit de la république tchèque et a encore une influence sur la psychologie du peuple, tout comme la situation économique et sociale du pays. Ce qui est évident est que le communisme est une chose qui a volé beaucoup de choses au peuple tchécoslovaque et ce dernier s'efforce de vivre avec ce manque, ce processus encore en cours.