Home / Histoire / La rupture avec le communisme

La rupture avec le communisme

L’héritage du communisme est encore très présent dans le coeur et l’esprit de la république tchèque et a encore une influence sur la psychologie du peuple, tout comme la situation économique et sociale du pays. Ce qui est évident est que le communisme est une chose qui a volé beaucoup de choses au peuple tchécoslovaque et ce dernier s’efforce de vivre avec ce manque, ce processus encore en cours.

Toute personne n’ayant pas vécu la période de la domination communiste sera incapable de comprendre vraiment ce que cela représentait pour les hommes, les femmes et les enfants ayant vécu durant cette période. Le gouvernement a maintenu un contrôle important sur la liberté d’expression et, quand les personnes refusaient d’adhérer au parti communiste, elles pouvaient perdre leur emploi et leurs enfants mis à l’index pour des emplois futurs. Comme vous pouvez l’imaginer, la plupart des personnes détestaient le système, mais ne pouvaient émettre aucune critique à son encontre , avec un sentiment dominant à l’époque de désespoir, en résumé un état qui voulait se libérer de ses chaînes mais qui ne le pouvait simplement pas.

L’un des héritages du communisme concerne la volonté du peuple tchèque à maintenir les choses vivantes. Le système communiste a détruit leur sens d’individualisme et a transformé la population en une seule entité- groupe de personnes privé de leur propre opinion, de leurs compétences et de leurs qualités propres. Cela a rendu les tchèques introvertis et cela peut se remarquer aujourd’hui, car beaucoup de tchèques peuvent être considérés comme des personnes incapables de changer d’image et ignorant qu’ils sont simplement les maîtres de leur propre destin.

Malgré la répression politique et le contrôle brutal du gouvernement, il y a encore beaucoup de personnes qui ont encore plein de souvenirs de cette période- état de fait qui peut paraître un peu étrange pour les touristes venant de pays étrangers.
Cependant, les personnes se rappellent de cette période comme étant le moment où toutes les structures leur étaient fournies et où tous les citoyens avaient un endroit d’habitation sûr et un emploi sur lequel ils pouvaient s’appuyer.
De nos jours, les personnes s’inquiètent de leur hypothèque, de leurs factures, de la sécurité de l’emploi et de beaucoup d’autres choses, tout cela étant considéré comme étant bien plus stressant que le régime antérieur. Principalement ceux qui avaient des aspirations nobles étaient heureux de vivre selon la manière autorisée par le parti, alors que ceux qui ont de l’ambition aiment la perspective de réaliser librement leurs rêves dans le monde d’aujourd’hui.

Une chose qui n’a jamais disparu, même durant les moments les plus durs, est le sens de l’humour tchèque. Cela se remarque dans les films diffusés en 1989, la plupart d’entre eux mettant en scène des affaires sérieuses et pleines d’esprit avec des personnages qui avaient une approche humoristique de la vie. Ce n’est pas un hasard si, à la chute du régime, des films de ce type ont commencé à être tourné. L’une des caractéristiques de ces films concernait la rébellion contre l’autorité qui, indéniablement,  était une conséquence directe de toutes les frustrations qui s’étaient accumulées chez les personnes au cours des années de pouvoir oppressif.

PAT

Check Also

Prague sous le régime communiste

Après la guerre, la Tchécoslovaquie s'est retrouvé être un pays libre à nouveau, dirigé par le président Benes jusqu'à l'apparition de la guerre froide. Cependant, la guerre froide a incité un grand nombre de personnes en Tchécoslovaquie à exprimer le désir de se modeler sur l'idéologie communiste, qui commençait à prendre une certaine ampleur dans le reste de la région et, en l'espace de quelques années seulement, les voix communistes se sont de plus en plus fait entendre jusqu'en 1948, date à laquelle Benes a démissionné de son poste et où il a permis au parti communiste de prendre le contrôle du pays, avec Klement Gottwald accédant à la présidence.